Les musiciens

Johanne Morin

Premiers violons

Johanne Morin est premier violon solo assistant de l’Orchestre Métropolitain et de l’Orchestre de Trois-Rivières, membre du Nouvel Ensemble Moderne, de l'Orchestre symphonique de Laval et de l’Orchestre des Grands Ballets Canadiens.

Après avoir complété un Premier Prix en violon et en musique de chambre au Conservatoire de musique de Montréal, Johanne Morin s’est perfectionnée à Londres auprès de José Luis Garcia.

Elle est montée sur de nombreuses scènes en Europe, en Asie et en Amérique en formation de chambre ou lors de tournées avec l'Orchestre symphonique de Montréal. On a pu l'entendre régulièrement sur les ondes de Radio-Canada en plus de participer à de nombreux enregistrements.

Elle est aussi engagée dans l’enseignement du violon à l’école secondaire Curé-Antoine-Labelle de Laval.

POURQUOI AVOIR CHOISI CET INSTRUMENT ?

J’aimais  aussi beaucoup le piano mais j’ai opté pour le violon, car j’avais de la facilité pour cet instrument et je voulais plus tard jouer avec d’autres musiciens. Le côté solitaire du piano me plaisait  moins. Je trouvais aussi le son du violon plus chantant. 

QU’EST-CE QUE L’IDÉE D’UN CONCERT PARFAIT POUR VOUS ?

Il faut bien sûr maîtriser très bien la partition afin de se rendre disponible au chef et à l’énergie du moment. Un concert exceptionnel se produit lorsque le chef et les musiciens arrivent à transcender la musique et communiquer l’émotion au public.

On a alors des frissons en jouant. On vit dans l’attente de ces moments précieux.

QUELLE ÉTAIT VOTRE MATIÈRE FAVORITE À L’ÉCOLE ?

J’aimais bien sûr les cours de musique, mais aussi les mathématiques, et j’étais fascinée par l’histoire.

AUTRE QUE LA MUSIQUE, VOUS AVEZ D’AUTRES PASSIONS ? ET QU’EST-CE QUI VOUS ATTIRE ET VOUS PLAÎT DANS CETTE PASSION OU CE LOISIR ?

Quand je ne fais pas de musique, j’aime les activitées de plein air et les voyages.

Je suis toujours en train de me documenter et planifier une prochaine évasion.

Dans la nature, on se ressource, on revient à l’essentiel, on trouve la paix en soi.

J’adore la marche en montagne. L’effort, dans ces merveilleux décors, procure un bien-être incroyable. J’aime découvrir de nouvelles choses, mettre ma vie en perspective. 

Je tiens aussi à me consacrer le plus possible à ma famille. 

LA PLUS BELLE ŒUVRE QUE VOUS AYEZ ENTENDUE DE VOTRE VIE ?

Il y a trop de chef-d’œuvres pour se réduire à une seule œuvre !

J’affectionne particulièrement les œuvres de Richard Strauss pour ochestre symphonique , ses lieder. La période post-romantique est ma préférée.

Le voyage d’hiver (lieder) et le quatuor La jeune fille et la mort de Schubert.

Les variations  Goldberg de J-S. Bach, la musique médiévale et celtique.

La musique de Schindler’s list et le violon rouge (J. Williams et Corogliano).

SI VOUS N’ÉTIEZ PAS MUSICIEN (NE), QU’AURIEZ-VOUS CHOISI COMME PROFESSION ?

Beaucoup de métiers m’intéressaient. J’avais des aptitudes pour beaucoup de choses dont les sciences, mais la médecine ne m’intéressait pas. J’ai donc choisi la musique pour fuir le dilemme. Je crois que l’enseignement aurait été mon 2e choix, et j’y reviens d’ailleurs en partageant mes connaissances en violon et en musique.